WFH NETWORK

Aider pour changer les choses au Venezuela

Tous ceux qui sont associés à la Fédération mondiale de l’hémophilie (FMH) font tout leur possible pour permettre de changer les existences de ceux qui appartiennent à la communauté des personnes concernées par les troubles de la coagulation. Le succès de leurs initiatives est, bien entendu, démontré au fil des pages du Sondage mondial annuel de la FMH, mais quoi de mieux que de recueillir les témoignages de ceux qui ont pu bénéficier de l’aide de la FMH ?

Voici donc trois parcours de vie au Venezuela où la FMH a pu changer les choses dans la vie quotidienne de ces bénéficiaires.

Roddy Rojas - Hémophile A sévère
« Après avoir reçu ce tout nouveau médicament [une donation de concentrés de facteur de coagulation], voici ce qui a changé dans ma vie : je n’ai plus eu besoin de me lever tôt deux fois par semaine pour me traiter puisqu’une seule injection par semaine a suffi. J’ai également pu reprendre les activités que j’étais physiquement incapable de faire et que j’avais dû abandonner. J’estime que ma qualité de vie s’est nettement améliorée. Me voilà [à nouveau] utile à la société, à mon entreprise, à ma famille… Je m’exprime ainsi pour illustrer le soutien… [que la FMH] fournit à chacun d’entre nous. »
Jesús A. Lozada M. - Hémophile A sévère

« L’absence [d’alternatives] de traitement, qui s’explique par la crise que traverse mon pays, [m’a contraint] à abandonner mes études universitaires, car les accidents hémorragiques s’enchaînaient. Comme vous pouvez l’imaginer, cette situation a également eu des incidences psychologiques. J’étais souvent déprimé et j’estimais que je méritais d’être davantage soutenu.

Dès lors que j’ai bénéficié d’un don [de concentrés de facteur de coagulation], beaucoup de choses se sont améliorées dans ma vie. A commencer par le fait que je n’ai plus mal en permanence et que les saignements dans mon genou et dans d’autres articulations ont énormément réduit, ce qui m’a permis de mieux marcher et de mener une vie plus normale. Je suis donc plus optimiste et j’ai [pu] reprendre mes études. »

Luis Rojas - Hémophile A sévère

« [L’hémophilie A] a modifié le rythme de ma vie, j’ai dû abandonner des activités, je ne danse plus la salsa, je ne vais plus au casino, je ne voyage plus. [J’ai également réduit] mes activités quotidiennes car la seule façon de ne pas tomber malade et de ne pas être absent du travail, c’est de prendre bien soin de soi. Au cours des 7 derniers mois, [depuis que j’ai reçu le don de concentrés de facteurs de coagulation], j’ai repris le cours de mes activités. Grâce à la donation qu’a reçue l’Association vénézuélienne de l’hémophilie, grâce aux facteurs qui restent plus longtemps dans le sang… ma vie a changé. »