WFH NETWORK

Alliance mondiale pour le progrès : amélioration des soins au Honduras

En 2014, l’Association hondurienne des hémophiles, membre de la FMH, et la Fédération mondiale de l’hémophilie (FMH) ont uni leurs forces pour améliorer l’existence des personnes atteintes d’une maladie hémorragique rare grâce au programme Alliance mondiale pour le progrès (AMP). L’ONM avait toutes les cartes en main pour obtenir l’aide de la FMH. En effet, elle pouvait compter sur un groupe multidisciplinaire motivé de professionnels de santé dirigé  par le Dr. Armando Peña, sur une équipe de bénévoles mené par María del Carmen Agurcia et sur le soutien du Secrétaire d’État à la santé.

Avant le lancement de l’Alliance mondiale pour le progrès, les personnes atteintes d’hémophilie  avaient un accès limité au traitement, le Gouvernement procédant à l’achat d’un volume restreint de médicaments, et l’offre de soins n’était disponible qu’à Tegucigalpa, la capitale du pays.

Habitant à La Ceiba, à près de huit heures de Tegucigalpa, José Padilla, patient atteint d’une hémophilie A sévère, se souvient de l’époque où il a été diagnostiqué. Enfant, il devait ainsi régulièrement voyagé pendant de longues heures pour se rendre à l’hôpital. La durée du voyage ne faisait souvent qu’aggraver rapidement son état de santé.

Le programme Alliance mondiale pour le progrès met l’accent sur la sensibilisation du patient, la formation médicale et les actions de plaidoyer, l’objectif étant d’améliorer la situation dans le pays. L’une des principales réussites du programme a été d’obtenir l’engagement du gouvernement d’augmenter le volume de concentrés de facteur achetés. Depuis 2014, la situation générale des membres de la communauté concernée par les troubles de la coagulation s’est améliorée de façon significative. Les cinq régions du pays bénéficient à présent de livraisons régulières et fiables de médicaments. Les facteurs sont non seulement utilisés pour traiter des accidents hémorragiques graves, mais aussi pour mettre en place des traitements à domicile.

José Padilla est aujourd’hui un membre actif de l’ONM. C’est lui qui est chargé de coordonner le registre des patients. Il déclare : « … Il faut donner [aux gens] du soutien et répondre à leurs besoins, mais il faut aussi collecter des données afin de dessiner un portrait précis de la situation à présenter au gouvernement et aux autorités de santé. »

Le succès du programme Alliance mondiale pour le progrès s’explique par plusieurs facteurs. Au Honduras, cette réussite est principalement due à une implication renforcée du gouvernement, qui a débouché, en septembre 2017, sur la signature d’un Protocole d’accord entre le Ministère de la santé et la FMH. Après quatre années d’efforts, l’ONM est finalement reconnue comme un partenaire incontournable auprès du Ministère de la santé et par la communauté médicale.

María del Carmen Agurcia, bénévole au sein de l’ONM, explique le succès du programme. D’après elle, l’ONM ne demandait pas au gouvernement de résoudre tous leurs problèmes, mais plutôt de l’autoriser à faire partie de la solution. Tout cela prouve l’importance du programme AMP. L’association hondurienne a été capable de renforcer des compétences qui lui seront utiles dans les années qui viennent. L’ONM s’engage à poursuivre le travail entamé dans le cadre du programme GAP et la FMH la soutiendra en renforçant les capacités des professionnels de santé, en menant des campagnes de sensibilisation dans d’autres régions et en réalisant des activités de plaidoyer afin d’améliorer l’offre de soins dans le pays.

Le programme Alliance mondiale pour le progrès bénéficie du soutien financier de : Bayer, Biotest, CSL Behring, Kedrion, Pfizer, Sanofi Genzyme, Sobi et Takeda. La FMH tient à remercier l’Organisation mondiale de la santé pour son soutien au programme.