WFH NETWORK

Arrivée des expéditions du projet Récupération dans les pays dans le besoin

Les expéditions de facteurs VIII fabriqués dans le cadre du projet Récupération ont commencé à arriver dans les centres de traitement du monde entier. Il s’agit des premières expéditions du projet sur lequel la FMH et ses collaborateurs travaillent depuis plus de dix ans.

À l’avenir, cet approvisionnement fiable en facteur VIII permettra à la FMH d’organiser méthodiquement ses programmes d’aide humanitaire et d’assurer un bon usage de ce précieux cadeau. Ce projet sert également d’exemple et d’inspiration afin de lancer des projets humanitaires similaires avec d’autres pays disposent d’excédent de facteurs VIII inutilisé.

Certaines raisons expliquent l’existence d’un « excédent » en facteurs VIII dans certaines régions du monde. Dans les pays où la plupart des patients utilisent des facteurs de coagulation recombinants, la demande en facteurs VIII dérivés du plasma n’est plus aussi élevée qu’elle ne l’était pas auparavant. En parallèle, la demande en produits thérapeutiques dérivés du plasma humain (les immunoglobulines) est de plus en plus forte. Autrement dit, un nombre plus important de plasmas est collecté pour fabriquer les immunoglobulines, mais le facteur VIII n’est pas entièrement transformé en produit final, car le pays n’en a pas besoin. Étant donné la pénurie de facteurs de coagulation dans de nombreuses régions du monde, il est regrettable qu’une large part de cet excédent ne soit pas plus utilisée.

L’idée à l’origine proposée par la Société canadienne de l’hémophilie (SCH) est simple : le Canada dispose d’un excédent en cryoprécipité qui est jeté au lieu d’être purifié en facteur VIII. Alors, pourquoi ne pas le traiter et le donner pour venir en aide aux patients dans le besoin des autres pays ? La SCH a fait part de cette proposition à la Société canadienne du sang (SCS) et à la FMH et le projet Récupération a été lancé. Toutefois, ce qui semblait si simple s’est révélé très compliqué. Chaque étape du processus, du don de sang à la livraison du produit final, devait faire l’objet de tests.

Grifols, le laboratoire pharmaceutique qui collecte le cryoprécipité, a accepté d’effectuer des tests supplémentaires sur le plasma afin de se conformer aux réglementations européennes. Dès que Biotest (le fabricant du produit final Haemoctin) s’est joint au projet, ils ont déployé des efforts considérables afin que le projet Récupération voie le jour. Avec la participation de quatre partenaires et de trois différents pays, des détails paraissaient parfois insurmontables. Grâce en grande partie à l’engagement et à la vision humanitaire des laboratoires CBS et Biotest, le facteur VIII canadien non utilisé est à présent à la disposition des patients du monde entier.

Au cours du Congrès mondial à Melbourne, le président de la FMH Alain Weill a annoncé qu’un accord avec les services italiens du sang avait été signé afin de commencer à travailler sur un projet similaire (le projet SOUHAIT) en utilisant l’excédent de facteurs VIII italien. Cela se traduira également par un approvisionnement à long terme en facteur de coagulation à des fins humanitaires. Par ailleurs, la FMH a entamé des discussions avec d’autres pays souhaitant trouver des moyens de mettre leurs excédents à la disposition des personnes dans le besoin. Il y a un potentiel énorme en matière d’excédent de facteurs de coagulation et le succès du projet Récupération démontre qu’il est possible de les acheminer aux personnes dans le besoin.