WFH NETWORK

Au Kenya, la façon de dispenser les formations de laboratoire évolue

La formation des professionnel·les de laboratoire en matière de troubles de la coagulation a connu d’énormes freins dans le monde entier avec la pandémie de COVID-19, et le Kenya n’y a pas fait exception. Les événements en présentiel sont devenus proscrits, ce qui a entravé la possibilité pour le personnel des laboratoires de recevoir la formation dont ils et elles ont besoin pour aider les personnes atteintes d’un trouble de la coagulation. Pour permettre à la formation de se poursuivre, la Fédération mondiale de l’hémophilie (FMH) a collaboré avec le Kenya Medical Laboratory Technicians and Technologists Board (KMLTTB) et la Kenya Haemophilia Association (KHA) pour développer un module de formation en ligne à destination des professionnel·les de laboratoire. Ce module propose des contenus de formation à jour sur l’hémophilie et les troubles de la coagulation, et on estime qu’il permettra de former environ 3 500 membres du personnel de laboratoire cette année.

Le KMLTTB est l’organisme national de réglementation des services de laboratoire du Kenya ; il est chargé d’enregistrer et de certifier tous·tes les professionnel·les de laboratoire du pays. Sa mission est aussi d’accréditer les laboratoires, de définir le programme principal des sciences de laboratoire (avant diplôme) au niveau national, et de gérer le programme de formation continue pour celles et ceux qui ont déjà pris leurs fonctions.

Abel Onyango, président du Kenya Medical Laboratory Board (KMLTTB)
Ce partenariat […] a permis au conseil laboratoire d’adopter de nouvelles perspectives et d’être innovant : nous avons pu proposer des formations en ligne et nous concentrer sur des partenariats centrés sur les patients.

La plateforme (qui s’appelle eLMS) permet la mise en ligne des aspects à la fois théoriques et pratiques de la formation de laboratoire. L’objectif est d’aider les technicien·nes de laboratoire à améliorer leurs compétences et devenir technologues, un grade supérieur. La plateforme est gérée par la Kenyan Laboratory Regulatory Authority, qui propose les éléments de formation assortis de recommandations. Dix organismes de formation ont été sélectionnés dans tout le pays et ont mis en place ces recommandations pour développer des modules en ligne. La FMH a soutenu la formation de réviseurs experts des programmes ainsi que des sessions « formation des formateurs » à destination des instituts techniques. Tout cela a été fait pour assurer que des connaissances sur l’hémophilie et les troubles de la coagulation soient intégrées au programme.

Le fait que la plateforme soit virtuelle présente deux grands avantages : d’abord, la formation peut être dispensée à un plus grand nombre de professionnel·les par rapport à la formation en présentiel ; ensuite, cela réduit de moitié les coûts de la formation.

Le KMLTTB va continuer à travailler avec la FMH et la KHA pour que les professionnel·les de laboratoire kenyan·es disposent d’une formation solide au diagnostic des troubles de la coagulation à l’avenir. Pour formaliser cette collaboration, les trois parties ont signé un protocole d’accord définissant leur relation de travail et la façon dont elles soutiendront les initiatives de sensibilisation et de renforcement des capacités dans le pays. Actuellement, les 720 premier·es professionnel·les de laboratoire sur le nombre visé de 3 500 sont en formation virtuelle sur la plateforme eLMS.

Nous remercions chaleureusement le président du KMLTTB, Abel Onyango ; l’officier de l’état civil Abdulatif Ali ; le président de la KHA, le Dr Kibet Shikuku, et la membre du conseil d’administration Anastasia Khasiani, dont l’investissement et le soutien ont rendu ce projet possible.

Formation de 10 membres d’instituts de formation technique sur le diagnostic de laboratoire

Réunion des experts réviseurs

Réunion d’organisation avec le KMLTTB, la KHA et la WFH