WFH NETWORK

Catherine Lambert, médecin, soutient une thèse de doctorat fondée sur les expériences de jumelage de la FMH

La médecin Catherine Lambert a récemment soutenu sa thèse de doctorat intitulée “Non-substitutive strategies to improve hemophilia care in developing countries. Experience in Côte d’Ivoire.” Ce projet était basé sur ses expériences au cours du Programme de jumelage de la FMH entre le centre de traitement de l’hémophilie (CTH) de Yopougon à Abidjan (Côte d’Ivoire), et le CTH international des Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles (Belgique). Voici un aperçu, rédigé par le Dr Lambert, de ses recherches et de ses expériences dans le développement d’une approche spécifique et de la collecte de données dans le cadre d’un jumelage de la FMH.

Après avoir été officiellement reconnue et approuvée par le Comité de jumelage de la FMH en octobre 2014, une équipe belge multidisciplinaire (deux hématologues, un kinésithérapeute et un membre du laboratoire d’hémostase) a été composée, et la première visite au CTH de Yopougon a eu lieu en février 2016. A la fin de la première visite, l’ampleur du défi nous est apparue avec encore plus d’évidence. Les soins de l’hémophilie en Côte d’Ivoire étaient, comme c’est le cas dans de nombreux pays en développement, presque inexistants. L’accès aux concentrés de facteurs de coagulation (CFC) était très limité et presque uniquement permis par le Programme d’aide humanitaire de la FMH.

Tout en poursuivant le programme de jumelage, un projet de recherche a été monté pour explorer d’autres possibilités d’amélioration des soins de l’hémophilie en Côte d’Ivoire, en se concentrant plus particulièrement sur des stratégies complémentaires non substitutives, adaptées à la situation locale et financièrement abordables, qui pourraient dans un deuxième temps contribuer à créer un environnement favorable pour l’optimisation des ressources limitées en CFC et des thérapies nouvelles.

Sans remettre en question le rôle fondamental des CFC, mais en prenant en compte leur disponibilité très limitée et les lacunes dans la prise en charge de l’hémophilie en Côte d’Ivoire, l’équipe a fait l’hypothèse de la possibilité d’améliorer les soins dans le pays (et par extension dans les autres pays en développement) par l’utilisation de stratégies non-substitutives – c’est-à-dire non basées sur la thérapie de remplacement – différentes et complémentaires.

Ce projet visait d’abord à conduire une analyse approfondie des conditions des Ivoiriennes et Ivoiriens atteints d’hémophilie ainsi que de leurs aidants, puis à développer, mettre en œuvre et évaluer l’impact d’interventions (programmes de formation et d’auto-rééducation) adaptées aux besoins locaux ainsi qu’au contexte économique et socio-culturel. En parallèle, nous avons souhaité fournir des outils pour évaluer les résultats de nos actions et permettre la participation à de futures études internationales.

Cette thèse démontre la valeur d’outils peu chers, l’impact positif d’approches non substitutives adaptées à la situation locale, et la faisabilité d’une collecte rigoureuse de données et d’études prospectives de qualité en Côte d’Ivoire ; par extrapolation, nous concluons qu’il est possible d’en faire de même dans d’autres pays en développement. De plus, le travail que nous avons effectué démontre les avantages et les forces d’une approche complète et multidisciplinaire dans la mise en œuvre du Programme de jumelage de la FMH.

Pr Catherine Lambert, MD, PhD
Unité d’hémostase et de thrombose, département d’hématologique, Cliniques universitaires Saint-Luc, Université catholique de Louvain (UCLouvain), Bruxelles, Belgique

Cette thèse a été soutenue à l’UCLouvain à Bruxelles le 1er septembre 2020.

Le manuscrit intégral est disponible ici : dial.uclouvain.be

REFERENCES
  1. Lambert C, Meité N, Sanogo I, et al. Haemophilia in Côte d’Ivoire (the Ivory Coast) in 2017: Extensive data collection as part of the World Federation of Hemophilia’s twinning programme. Haemophilia, 2019 Mar;25(2):236-243.
  2. Lambert C, Meité N, Sanogo I, et al. Hemophilia carrier’s awareness, diagnosis, and management in emerging countries: a cross-sectional study in Côte d’Ivoire (Ivory Coast). Orphanet Journal of Rare Diseases, 2019 Feb 1;14(1):26.
  3. Lambert C, Lannoy N, Meité N, et al. Inhibitor epidemiology and genetic-related risk factors in people with haemophilia from Côte d’Ivoire. Haemophilia. 2020 Jan;26(1):79-85.
  4. Lambert C, Meité N, Sanogo I, et al. Development and evaluation of appropriate, culturally adapted educational tools for Ivoirian patients with haemophilia, haemophilia carriers and their families. Haemophilia. 2019;25(5):838-844.
  5. Lobet S, Meité, N, Koninckx M, et al. Implementation and assessment of a self‐ and community‐based rehabilitation programme in patients with haemophilia from Côte d’Ivoire. Haemophilia, 2019;25(5):859-866.
  6. Lambert C, Meité N, Sanogo I, et al. Cross-cultural adaptation and validation of the Canadian Haemophilia Outcomes-Kids’ Life Assessment Tool (CHO-KLAT) in Côte d’Ivoire (the Ivory Coast). Health Qual Life Outcomes. 2020 Mar 18;18(1):76.
  7. Lambert C, Meité N, Sanogo I, et al. Cross-cultural adaptation and validation of Haem-A-QoL in Côte d’Ivoire. Haemophilia. 2020 May;26(3):459-466.