WFH NETWORK

Diagnostic de la maladie de von Willebrand : deux documents pour clarifier le sujet

Pour une prise en charge de qualité, il est indispensable d’obtenir un diagnostic précis de la maladie de von Willebrand (MW). La Fédération mondiale de l’hémophilie (FMH) est, par conséquent, heureuse d’annoncer la publication de deux nouveaux numéros complémentaires dans la série Treatment of Hemophilia (TOH) abordant la question du diagnostic et de la typologie de la maladie de von Willebrand : Diagnostic de la maladie de von Willebrand : caractérisation phénotypique (TOH 55 Diagnosis of von Willebrand Disease: Phenotypic Characterization) et Diagnostic moléculaire de la maladie de von Willebrand (TOH 56 Molecular Diagnosis of von Willebrand Disease). Les deux articles sont disponibles en anglais et en espagnol.

Le phénotype décrit l’ensemble des caractéristiques observables d’un individu (par exemple, la couleur des cheveux, la taille, le comportement). Dans le cas de la maladie de von Willebrand, l’une des caractéristiques du phénotype est la capacité du facteur de von Willebrand de la personne (FW) à se lier au facteur VIII (FVIII). Le terme génotype fait référence à la construction génétique d’une personne, à savoir ce qui détermine de façon sous‑jacente le phénotype. Les défauts (mutations) ou les segments manquants (délétions) du gène von Willebrand ont, par exemple, une incidence sur la capacité de liaison du FW au FVIII. Ces anomalies peuvent être détectées grâce à des techniques de diagnostic moléculaire. Les deux articles publiés passent en revue les approches mises en œuvre à l’heure actuelle pour diagnostiquer la maladie de von Willebrand en examinant le phénotype ou le génotype du patient.

Dans la maladie de von Willebrand, le diagnostic commence par une évaluation clinique de la personne ayant des symptômes hémorragiques et une étude de ses antécédents familiaux. Le numéro TOH 55 Diagnostic de la maladie de von Willebrand : caractérisation phénotypique aborde quatre domaines clés : un aperçu du diagnostic de la MW, le diagnostic phénotypique, la typologie de la MW et le diagnostic de la MW dans des pays à faibles ressources. Le numéro TOH 55 est un support destiné aux médecins et aux techniciens de laboratoire qui les guide pas à pas dans les tests de laboratoire nécessaires pour obtenir un diagnostic précis de la MW. Le tableau ci‑dessous décrit l’utilisation et les limites des tests appelés de première ligne et de seconde ligne. L’article met en exergue les raisons pour lesquelles ces tests sont pratiqués et interprétés. En outre, chaque technique est présentée avec le protocole détaillé correspondant dans le Manuel de laboratoire de la FMH et sur la Plateforme d’apprentissage en ligne de la FMH.


Première ligne
  • Doser l’activité du facteur de von Willebrand
  • Doser l’antigène du facteur de von Willebrand
  • Mesurer l’agrégation plaquettaire
Seconde ligne
  • Définir et établir la typologie
  • En cas de taux de FW bas et/ou d’écart entre la concentration de FW et l’agrégation plaquettaire

L’article TOH 55 décrit les caractéristiques précises des différents types de von Willebrand et explique quels tests de première ou seconde ligne sont utilisés en fonction de la typologie. L’article se conclut par une discussion sur le diagnostic de la maladie de von Willebrand dans les pays à faibles ressources, en présentant de façon succincte les principaux tests de dépistage de la MW. Les médecins et les techniciens de laboratoire des centres de traitement spécialisés disposant de ressources limitées peuvent ainsi découvrir quel test est considéré comme indispensable et quelles informations sont absolument essentielles pour diagnostiquer de manière définitive la maladie de von Willebrand.

Il est également indispensable de déterminer les anomalies génétiques de la MW afin de pouvoir poser un diagnostic précis lorsque le test phénotypique n’est pas disponible. En règle générale, les tests génétiques réalisés à la suite d’un test phénotypique confirment les premiers résultats et peuvent fournir des informations supplémentaires utiles (comme en cas de diagnostic prénatal). Le tableau suivant présente les trois techniques de dépistage d’anomalies génétiques de la maladie de von Willebrand détaillées dans l’article TOH 56 Diagnostic moléculaire de la maladie de von Willebrand, chaque technique ayant un rôle bien particulier. L’article passe en revue les raisons qui poussent à vérifier les anomalies génétiques par rapport à deux bases de données en ligne pour dépister toute mutation du FW et les avantages qu’il y a à une telle vérification. Les auteurs proposent enfin une stratégie intéressante pour combiner tests génétiques et recherches dans la base de données et localiser la mutation génétique du gène von Willebrand pour les types 1 et 3.


TECHNIQUES UTILISÉES POUR LE DIAGNOSTIC GÉNÉTIQUE DE LA MALADIE DE VON WILLEBRAND

  • Analyse du séquençage direct de l’ADN (Sanger)
  • Analyse du séquençage de nouvelle génération (NGS)
  • Amplification multiplex de sonde nucléique dépendant des ligatures (MLPA)

Disponibles en anglais et en espagnol, ces deux articles complémentaires permettent aux médecins cliniciens et aux techniciens de laboratoire de se frayer un chemin dans les méandres du diagnostic phénotypique et du dépistage moléculaire des personnes probablement atteintes de la maladie de von Willebrand. La Plateforme d’apprentissage en ligne de la FMH offre également toute une série de ressources sur la maladie de von Willebrand destinées aux personnes atteintes de troubles de la coagulation, aux aidants et aux professionnels de santé. Outre le Centre d’apprentissage sur la maladie de von Willebrand (disponible en anglais), il existe un livret du patient traduit en six langues (anglais, arabe, chinois simplifié, espagnol, français et russe). En outre le Centre d’apprentissage du Congrès de la FMH) propose plus d’une vingtaine de conférences en ligne sur la maladie de von Willebrand enregistrées lors du Congrès mondial 2016 de la FMH et trois vidéos d’un panel international d’experts qui débattent des différentes stratégies en matière de sensibilisation à la maladie de von Willebrand.

Fiona Robinson, Gestionnaire, Matériel éducatif, tient à remercier Georghia Michael et Angela Styhler de leurs contributions à la rédaction du présent article.