WFH NETWORK

Hommage au Pasteur Alan Tanner

Par le Dr Peter Jones, ancien président des communications de la FMH

L’engagement et le dévouement des personnes sont indispensables au succès de toute organisation. La Fédération mondiale de l’hémophilie (FMH) ne fait pas exception à la règle. Elle doit une grande partie de son succès à la sagesse des pionniers et des leaders qui ont permis d’en faire l’organisation que nous connaissons aujourd’hui.

Le Pasteur prébendier Alan Tanner était l’une de ces personnes. À la fois directeur et président à la fin du siècle dernier, il s’était consacré à améliorer et perpétuer les soins des personnes atteintes de l’hémophilie dans le monde. Sa détermination a été renforcée par la perte de son premier fils, Mark, qui a succombé à une infection liée à son traitement de l’hémophilie. Alan a brusquement dû faire face à la mort non seulement de son fils, mais d’un grand nombre de ses amis et collègues, parmi lesquels le premier président de la FMH, Frank Schnabel, qui ont été emportés par le SIDA et l’hépatite.

Homme profondément religieux, d’une grande intégrité et d’une énorme compassion, Alan a tenu le coup grâce au soutien indéfectible de sa femme adorée Tess et de ses filles. Je me souviens de ce que cet homme remarquable était capable de faire, et même malgré le décès de son propre fils, il a continué à apporter son soutien aux personnes en détresse. Son église, St Botolph-without-Bishopgate, située dans la ville de Londres, a été à deux reprises en proie aux bombes de l’Armée républicaine irlandaise (IRA) en 1992 et 1993. La force de l’explosion a arraché le massif toit et n’a laissé que des restes. L’édifice reposait de travers sur les murs d’origine. Dans l’intérieur poussiéreux et recouvert de plastique, Alan a continué de travailler avec le soutien de sa formidable fille Mary-Ann qu’il a tant aimée. C’est dans cette scène de désolation que je l’ai vu aider à forger l’avenir de la FMH et l’administration efficace des soins hémophiliques dans le monde.

Alan est décédé le 5 août 2015, dans sa quatre-vingtième année. Il a marqué profondément et durablement d’innombrables hommes et femmes atteints d’hémophilie et de troubles associés. Sa perte laissera un grand vide dans le monde.