WFH NETWORK

L’Agence européenne des médicaments (AEM) fait enquête sur les effets indésirables rares associés au traitement de l’hépatite C.

L’AEM a commencé à faire l’examen des médicaments connus sous le nom d’antiviraux à action directe utilisés dans le traitement de l’hépatite C chronique.

Il y a eu des rapports isolés de réactivation de l’hépatite B chez certains patients infectés par les virus des hépatites B et C et ayant été traités avec des antiviraux à action directe pour l’hépatite C. La réactivation de l’hépatite B est la réapparition de l’infection active chez un patient pour qui l’infection par le virus de l’hépatite B a été chronique.

En avril 2016, une étude a été publiée sur le risque de récidive du cancer du foie chez des patients qui étaient traités pour l’hépatite C avec ces antiviraux à action directe. L’étude laisse entendre que le cancer risquait de réapparaitre plus rapidement chez certains patients traités avec ces antiviraux à action directe que chez des patients ayant l’hépatite C et n’ayant pas été traités avec ce type d’antiviraux. La portée de l’examen de l’AEM a été depuis élargie en vue d’évaluer également le risque de cancer du foie associé à ces médicaments. L’examen se tiendra durant les mois de mai et juin de l’année en cours.

L’AEM a indiqué que « si l’examen était en cours, les patients devaient toutefois s’adresser à leurs médecins ou pharmaciens en cas de questions ou de préoccupations.»

Pour obtenir de plus amples renseignements, cliquez ici.