WFH NETWORK

Le Consortium européen de l’hémophilie met à l’honneur les recommandations de Wilbad Kreuth IV sur la prise en charge optimale de l’hémophilie en Europe

À l’occasion de la Journée mondiale de l’hémophilie, le Consortium européen de l’hémophilie a tenu à mettre à l’honneur les 12 nouvelles recommandations visant à améliorer la prise en charge et les traitements dans l’ensemble du territoire européen. Plus de 50 patients, professionnels de santé, régulateurs et représentants de l’industrie pharmaceutique ont assisté à cet événement organisé par le Consortium européen de l’hémophilie dans les locaux de la Direction européenne de la qualité des médicaments, instance du Conseil de l’Europe, à Strasbourg (France).

Ces recommandations sont le fruit du dernier symposium européen appelé Initiative Wilbad Kreuth IV, qui s’est tenue en mai 2016 sous l’égide de l’Université de Munich, de l’Institut Paul-Ehrlich et de la Direction européenne de la qualité des médicaments, et qui avait pour objectif de promouvoir l’utilisation optimale des facteurs de coagulation et des plaquettes. Au terme d’une série de réunions, des experts venus de 36 pays ont rendu publiques des recommandations conjointes sur la façon de faire face aux obstacles qui existent actuellement dans la prise en charge et les traitements de l’hémophilie.

Les 12 recommandations abordent les questions urgentes qui touchent la communauté hémophile et se déclinent, entre autres, comme suit :

  • Conformément aux Directives définies par le Réseau européen de l’hémophilie (EUHANET), les centres de traitement européens devraient demander un agrément officiel en tant que Centre européen de traitement de l’hémophilie ou Centre européen de prise en charge globale de l’hémophilie.
  • Les pays devraient définir et adopter des protocoles de traitement et des directives nationales pour la gestion de la population hémophile vieillissante.
  • Les pays devraient avoir l’ambition de parvenir à une consommation minimum de 4 unités internationales per capita de facteur VIII de coagulation et de 0,5 unité internationale per capita pour le facteur IX de coagulation.
  • Un traitement contre l’hépatite C avec antiviraux à action directe devrait être proposé en priorité aux hémophiles.
  • Les personnes avec inhibiteurs devraient avoir accès au traitement d’induction de tolérance immune.

Pour découvrir la liste complète des recommandations de l’Initiative Wilbad Kreuth IV, rendez‑vous sur www.ehc.eu/kreuth-iv-consensus-recommendations.

Brian O’Mahony, Président du Consortium européen de l’hémophilie

« Nous pensons que ces recommandations reprennent les difficultés auxquelles sont actuellement confrontés à la fois les patients et les médecins en Europe. La population pense souvent que l’Europe est une région prospère et homogène, mais, en réalité, il existe pourtant des différences, parfois saisissantes, dans l’accès aux soins et aux traitements.

Le Consortium européen de l’hémophilie est reconnaissant du travail réalisé par la Direction européenne de la qualité des médicaments et par les autres parties impliquées dans l’Initiative Wilbad Kreuth IV. Nous pensons que de telles recommandations permettront d’améliorer l’existence de tous ceux atteints d’hémophilie ou de toute autre maladie hémorragique rare en Europe. Nous espérons que le Comité des ministres du Conseil de l’Europe donnera, comme en 2013, son aval à ces recommandations et reconnaître ainsi les besoins de tous ceux atteints d’un trouble de la coagulation en Europe. »

Pour soutenir les recommandations, le Consortium européen de l’hémophilie a également annoncé le lancement d’un nouveau projet visant à améliorer l’accès aux traitements pour les personnes atteintes d’une maladie hémorragique rare en Europe. Le projet PARTNERS (que l’on pourrait traduire en français par Achat de produits de substitution à prix accessible) vise à garantir un accès pérenne aux traitements dans des pays européens préalablement sélectionnés qui n’appliquent pas les conditions de prise en charge minimum de l’hémophilie, comme définies par les recommandations de 2016. Il s’agit des pays où la consommation de FVIII et FIX est respectivement inférieure à 4 UI/capita et 0,5 UI/capita, qui n’offrent pas ou peu de traitements prophylactiques aux enfants et aux adultes atteints d’hémophilie sévère. En acceptant de participer à ce projet, les pays sélectionnés, en collaboration avec d’autres partenaires comme les professionnels de santé, les organisations de patients et les fabricants de produits anti‑hémophiliques, s’engagent sur les points suivants :

  • Avoir recours à une procédure d’appel d’offres nationale ou une passation d’achat centralisé pour les concentrés de facteurs de coagulation ;
  • Inclure officiellement et durablement les médecins et les représentants des organisations nationales membres du Consortium européen de l’hémophilie dans la procédure d’appel d’offres/d’achat centralisé ;
  • Conclure des contrats au(x) mieux‑disant pour une durée minimum de trois (3) ans ; et
  • Augmenter le volume de facteurs achetés sans réduire le budget alloué à l’hémophilie et prendre un engagement de principe pour au moins doubler le volume actuel de facteurs achetés sur la durée du contrat qui a été conclu ou jusqu’à ce que le seuil minimum d’unités internationales fixé par les recommandations Wilbad Kreuth IV soit atteint.

L’un des éléments les plus importants, sans lequel un tel programme n’aurait pas été possible, est le rôle actif des entreprises pharmaceutiques. À l’occasion de la Journée mondiale de l’hémophilie, trois de ces entreprises, Kedrion Biopharma, Pfizer et Sobi, ont signé un Accord de consensus confirmant leur intention de soutenir le programme PARTNERS.

Brian O’Mahony, Président du Consortium européen de l’hémophilie

« De nos jours, il existe encore des pays européens où les personnes atteintes d’hémophilie ont un capital articulaire ou une qualité de vie aussi détériorés que chez les patients avant l’arrivée des concentrés de facteurs de coagulations. C’est tout à fait inadmissible.

Nous sommes convaincus que les budgets alloués à l’hémophilie peuvent être bien mieux utilisés et que des volumes plus importants de facteurs de coagulation peuvent être acheté grâce à des appels d’offres de meilleure qualité. Ce projet est ambitieux. Il vise à accroître l’accès aux traitements, mais il inclut les patients et les professionnels de santé dans le processus décisionnel de l’organisation des soins pour les hémophiles dans les pays concernés. »

Contexte

Le Consortium européen de l’hémophilie est une organisation qui regroupe 45 organisations nationales de patients dans le domaine des troubles de la coagulation, notamment l’hémophilie, la maladie de Willebrand et d’autres coagulopathies. Le Consortium européen de l’hémophilie représente 90 000 patients environ en Europe atteints d’une maladie congénitale et potentiellement mortelle. Le Consortium européen de l’hémophilie est à la fois membre de l’Organisation européenne des maladies rares (EURORDIS) et du Forum européen des patients (EPF).

Entre autres activités, le Consortium européen de l’hémophilie organise, chaque année, trois ou quatre tables rondes avec les parties prenantes, plateforme au cours de laquelle les représentants de patients, la communauté médicale, les régulateurs et l’industrie pharmaceutique se réunissent pour débattre des questions d’actualité concernant la communauté hémophile et œuvrent pour combler l’écart qui existe entre les politiques de santé, la recherche scientifique et médicale et la prise en charge de l’hémophilie en Europe.

Informations supplémentaires

Pour une présentation détaillée des recommandations, rendez‑vous sur www.ehc.eu/kreuth-iv-consensus-recommendations.