WFH NETWORK

Le Programme d’aide humanitaire de la FMH offre un plus grand choix d’options

L’annonce de l’engagement des partenaires de la FMH de donner un total de plus de 700 millions d’UI de produits thérapeutiques compte parmi les nouvelles les plus importantes révélées au cours du Congrès mondial 2014 de la FMH. L’annonce du don de Biogen Idec et Sobi de 500 millions d’UI de produits thérapeutiques à action et à durée de vie prolongées constitue une nouvelle tout aussi importante.

Pour comprendre l’impact de la portée et de la variété des dons, il faut remonter aux débuts du Programme d’aide humanitaire de la FMH en 1996 et l’analyser.

« À cette époque, nous ne pouvions que traiter les hémorragies d’urgence », explique Assad Haffar, directeur adjoint des programmes. « Nos dons servaient principalement à soigner les graves hémorragies abdominales et intracrâniennes. »

Les dons servaient également à fournir des concentrés de coagulation aux programmes de la FMH et aux efforts de soutien déployés par la FMH et les ONM afin d’inciter les gouvernements à acheter régulièrement ces produits et à mettre en œuvre des soins hémophiliques durables. Les dons ne pouvaient pas servir aux chirurgies réparatrices. Une personne atteinte de trouble de coagulation nécessitant une chirurgie réparatrice avait besoin en moyenne de 80 000 à 120 000 IU en vue de la chirurgie et du soutien ultérieur jusqu’à sa complète récupération. « C’était, pour nous, impossible à réaliser à cette époque », déclare M. Haffar.

« Au fil du temps, les dons issus des partenaires du secteur se sont intensifiés et sont parfois arrivés en dosage plus importants, dans des fioles contenant de 3000 ou 3500 UI. Lorsqu’ils avaient une durée de vie limitée, les produits étaient parfaits pour les chirurgies réparatrices », ajoute M. Haffar.

LA FMH, LA PLUS IMPORTANTE CHAÎNE D’APPROVISIONNEMENT AU MONDE

Depuis 1996, la FMH a distribué 224 millions d’unités de facteurs à 82 pays et constitue aujourd’hui la chaîne d’approvisionnement la plus importante au monde en matière de dons de produits de traitement de l’hémophilie. La FMH reçoit des dons de produits des fabricants de produits, des centres de traitement et des sociétés spécialisées dans les soins à domicile. Les produits sont acheminés vers les centres de traitement de l’hémophilie enregistrés ou vers des organisations nationales de l’hémophilie reconnues.

La répartition mondiale des produits thérapeutiques est une tâche colossale qui implique la participation d’un grand réseau mondial de la FMH composé d’associations membres. La plupart des dons sont conservés et distribués en collaboration avec WFH USA et l’aide précieuse d’Hemophilia of Georgia, une organisation sans but lucratif aux États-Unis ainsi que l’Irish Haemophilia Society. Plusieurs partenaires du secteur ont soutenu le Programme d’aide humanitaire au fil des ans, parmi lesquels Baxter, Bayer, Biotest et bien d’autres encore.

LA DONNE CHANGE

Les engagements pluriannuels permettent de mettre en œuvre une solution durable pour assurer l’aide humanitaire prévisible à destination des pays en voie de développement.

Le tout premier partenaire du secteur à offrir un don pluriannuel au profit du Programme d’aide humanitaire de la FMH a été le laboratoire pharmaceutique CSL Behring, en avril 2009. Le laboratoire s’est engagé à donner 2 millions d’UI de concentrés de facteurs VIII à durée de vie limitée d’un an, et ce, durant trois ans. Six mois plus tard, le laboratoire Wyeth s’est engagé à donner 40 millions d’UI de produits thérapeutiques de facteurs recombinants, le plus important don de l’histoire du programme jamais offert. Le laboratoire Grifols s’est, quant à lui, engagé à donner 60 millions d’UI sur trois ans. Ces deux événements ont changé la donne pour la FMH et ses partenaires du secteur.

Aujourd’hui, grâce à un total de près de deux milliards d’UI offerts sur plusieurs années et aux dons venant aussi bien sous la forme de produits dérivés du plasma, de produits de facteurs recombinants et de nouveaux produits à action prolongée, les gouvernements et les ONM dans le besoin peuvent choisir parmi plusieurs options thérapeutiques pour leurs communautés. S’ajoutent à tout cela le Projet Récupération ainsi que le Projet Souhait. L’avenir s’annonce encore plus prometteur.

ENVISAGER DE NOUVELLES POSSIBILITÉS 

Du point de vue des soins de santé humanitaires, grâce aux dons plus importants et prévisibles, la FMH peut envisager de répondre aux besoins des enfants âgés de moins de cinq ans, étant donné que les produits de Biogen Idec et de Sobi sont destinés à la prophylaxie.

« Si nous arrivons à administrer la prophylaxie aux tout-petits dès les deux premières années de leur vie, des injections de doses thérapeutiques faibles ou intermédiaires permettront de leur éviter d’être handicapés ou de souffrir d’autres problèmes au niveau de leurs articulations », explique M. Haffar.

Nous sommes à un tournant selon M. Haffar, qui reconnaît que la FMH a changé de territoire avec cette possibilité.

« Nous sommes à présent en mesure d’envisager de fournir de l’aide humanitaire pour la prophylaxie des enfants et d’utiliser ce produit pour les chirurgies et les hémorragies graves. Nous pourrons atteindre des horizons jamais explorés auparavant pour les enfants et les personnes ayant besoin de chirurgie réparatrice », ajoute-t-il. « Outre ce que nous offrons déjà par le Programme d’aide humanitaire, nous disposons d’un plus grand choix d’options à proposer aux ONM et aux gouvernements. »