WFH NETWORK

Maladie à virus ZIKA

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a décrété que le virus Zika constitue une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). L’USPPI est définie comme un « événement extraordinaire qui constitue un risque pour la santé publique dans d’autres États en raison du risque de propagation internationale de la maladie et qui peut requérir une action coordonnée internationale ».

Selon l’OMS, environ 4 millions de personnes dans le monde risquent d’être touchées cette année. Le virus est sans doute lié à des milliers de cas suspectés de malformations congénitales au Brésil. Le virus Zika, qui se transmet principalement par la piqûre du moustique infecté de l’espèce Aedes aegypti, entre dans la circulation sanguine. Le moustique Aedes albopictus est également responsable de la transmission.

Étant donné que le virus Zika est un flavivirus, à savoir un virus à enveloppe lipidique relativement large (40 nm), il est fort probable qu’il soit efficacement inactivé ou éliminé grâce aux techniques actuelles d’inactivation virale (traitement thermique, solvant-détergent) et d’élimination (nanofiltration) qui sont utilisées dans la fabrication des produits médicaux dérivés du plasma, y compris des concentrés de FVIII et de FIX dérivés du plasma.

La transmission par le sang ou les composants sanguins labiles (et non viro-inactivés) est plus problématique. La transmission est possible par le don de sang des résidents ou des voyageurs virémiques ou asymptomatiques revenant des régions touchées. Par conséquent, les établissements de transfusion sanguine peuvent envisager d’exclure temporairement du don de sang les personnes qui ont voyagé dans les régions touchées (une exclusion de 28 jours comme c’est le cas pour la dengue).

Les régions touchées ont mis en place une stratégie de sécurité transfusionnelle qui comprend l’exclusion des donneurs infectés par le virus Zika pendant une certaine période après la cessation des symptômes de la maladie, l’inactivation des pathogènes des plaquettes ainsi que l’amélioration des renseignements après le don recueillis auprès des donneurs qui développent des symptômes compatibles à la fièvre Zika.

À l’origine, le virus a été découvert dans la forêt de Zika en Ouganda en 1947. Il est fréquent en Afrique et en Asie. En mai 2015, un foyer a fait son apparition au Brésil, et aujourd’hui, il s’est propagé dans 21 pays en Amérique du Sud, en Amérique centrale, au Mexique et dans les Caraïbes. On constate que 60 à 80 % des personnes infectées sont asymptomatiques, et la majorité de celles qui le sont ne présente que de légers symptômes, dont de la fièvre, des douleurs musculaires, des éruptions cutanées et de la conjonctivite. En revanche, les conséquences possibles sur les femmes enceintes suscitent de plus en plus d’inquiétudes. L’année dernière, le Brésil a enregistré une hausse considérable de cas de microcéphalie (taille anormalement petite du cerveau ou de la tête) chez les nourrissons. On soupçonne que l’infection des femmes enceintes par le virus Zika est responsable de cette anomalie.

De même, les cas de syndrome de Guillain-Barré ont augmenté et sont probablement liés à la réponse immunitaire au virus. Certains rapports isolés font état d’une transmission par transfusion sanguine et par contact sexuel. Le 2 février, on a signalé un cas de transmission sexuelle du virus Zika au Texas, aux États-Unis. À l’heure actuelle, de nombreux pays ont signalé des cas du virus Zika chez des personnes qui ont voyagé dans des pays touchés tels que le Brésil.

La Fédération mondiale de l’hémophilie (FMH) suit de près cette situation et mettra à jour cette déclaration dès qu’elle disposera de plus amples informations, notamment sur l’inactivation du virus dans les concentrés de facteurs de coagulation (CFC) ou sur tout risque possible de transmission des CFC.

Pour obtenir davantage d’information, consultez les liens suivants :

Organisation mondiale de la Santé http://www.who.int/mediacentre/factsheets/zika/fr/

United States Centers for Disease Control and Prevention http://www.cdc.gov/zika/

European Centre for Disease Prevention and Control http://ecdc.europa.eu/en/healthtopics/zika_virus_infection/Pages/index.aspx

Plasma Protein Therapeutics Association http://www.pptaglobal.org/media-and-information/ppta-statements/969-zika-virus-and-plasma-protein-therapies