WFH NETWORK

Questions‑Réponses avec les cadres de la FMH – Docteur Magdy El Ekiaby, Membre médical

Dans les prochains mois, Alain Baumann proposera une série de Questions-Réponses avec les cadres de la Fédération mondiale de l’hémophilie. Aujourd’hui, c’est Docteur Magdy El Ekiaby, Membre médical (Égypte), qui répond à ses questions et nous fait partager le fruit de ses réflexions.

Comment vous êtes-vous engagé auprès de la Fédération mondiale de l’hémophilie (FMH) ?
En 1998, j’ai rencontré une délégation de la FMH en tant que trésorier de l’Association des hémophiles égyptienne. J’ai ensuite été impliqué dans le programme de jumelage entre l’Egypte et l’Est du Tennessee et dans le projet GAP de la FMH en Egypte.

S’agissant de votre action au sein de la FMH, de quoi êtes-vous le plus fier ?
Je suis fier de savoir que la FMH peut aider à l’amélioration des soins pour les hémophiles dans mon pays et dans bien d’autres.

D’après vous, dans quel domaine la FMH a-t-elle eu le plus d’impact au cours des dernières années ?
Elle a mis en place une prise en charge de l’hémophilie de qualité dans de nombreux pays en voie de développement.

Et à l’avenir, dans quel domaine la FMH compte-t-elle se démarquer ?
J’espère que la FMH sera capable de renforcer l’accès au diagnostic et à des traitements fiables pour les patients issus de zones où le contexte économique est difficile.

Selon vous, dans quel domaine la FMH pourrait-elle améliorer son action ?
Le monde des troubles de la coagulation connaît une révolution rapide. Nous devons comprendre les mouvements qui sous‑tendent cette évolution afin de pouvoir mettre en œuvre une stratégie de collaboration et faire progresser notre communauté.

Outre votre implication au sein du Conseil d’administration de la FMH, quel est votre engagement personnel pour notre communauté sur le plan local ou régional ?
Je suis au service de la communauté hémophile d’Egypte depuis 1985. J’ai joué un rôle à la fois au sein de l’association mais également sur le plan de la recherche en participant au développement de produits sûrs fabriqués en Egypte pour les personnes atteintes d’hémophilie. J’ai également contribué à la mise en place de traitements prophylactiques à faible dose en Egypte.

Si vous aviez 1 million de dollars à donner à la communauté des personnes atteintes de troubles de la coagulation, qu’en feriez-vous ?
Éduquer, encore et toujours, éduquer.

Pour découvrir d’autres entretiens des cadres de la FMH, veuillez cliquer ici.