WFH NETWORK

Tracer durablement la route : la FMH salue le nouveau chef de la direction Alain Baumann

Alain Baumann a toujours eu pour ambition de travailler au service d’une organisation internationale à but non lucratif comme la Fédération mondiale de l’hémophilie (FMH).

Cette ambition l’a poussée à quitter le monde des affaires dans lequel il travaillait depuis plus de dix ans pour accepter les fonctions de nouveau chef de la direction de la FMH en 2015.

« J’étais à la recherche d’une carrière dans laquelle je pouvais davantage m’épanouir en travaillant au sein d’organisations dont les missions me passionnaient. J’ai toujours été passionné par l’amélioration des soins apportés aux patients même si j’ai assouvi cette passion de différentes façons, notamment en lançant une nouvelle technologie, en facilitant le dialogue entre le secteur public et le secteur privé et en aidant les chirurgiens à réaliser de meilleures opérations », confie M. Baumann.

Tout dernièrement, Alain Baumann occupait le poste de directeur général d’AOSpine International, la plus grande communauté de chirurgiens internationaux de la colonne vertébrale. Auparavant, il travaillait pour le Forum économique mondial en tant que directeur de la communauté des soins de santé. M. Baumann a eu son premier contact avec la FMH il y a 15 ans dans le cadre de ses fonctions de vice-président du marketing pour Baxter Healthcare. C’est grâce aux postes de dirigeants stratégiques qu’il a occupés ainsi qu’à son expérience en matière de soins de santé qu’il sera à même de diriger efficacement la FMH au cours des années à venir.

« Le plus fascinant à mes yeux est que la FMH a réussi à être reconnue comme une plateforme unique de dialogue et de coopération entre les personnes atteintes de troubles de coagulation, les familles, la communauté médicale, le gouvernement et l’industrie. C’est une position unique pour une communauté relativement petite par rapport à d’autres associations représentant des maladies plus répandues », déclare M. Baumann. « J’ai toujours reconnu que la plus grande force de la FMH était son unité ». C’est certainement l’un des défis les plus importants à relever par une organisation bénévole. Aujourd’hui, nous avons de la chance de ne pas être confrontés à une crise « d’unité » comme celle qui nous a frappés il y a vingt ans. La sécurité reste une priorité mais aujourd’hui, compte tenu des changements, l’interprétation et les attentes peuvent différer grandement. »

Toutefois, avant d’entamer le réel travail de nouveau chef de la direction, M. Baumann reconnaît qu’il doit considérer l’organisation et la communauté d’une plus vaste perspective en s’immergeant dans les activités quotidiennes de la FMH.

« Avant d’entreprendre une quelconque action, il me faut avant tout mieux comprendre l’organisation, comprendre les attentes importantes des ONM de la FMH, des membres des comités et du personnel », explique M. Baumann. « La FMH ne peut pas se reposer sur ses acquis, elle doit s’adapter aux changements qui nous touchent tous ». Bon nombre d’associations représentant différentes maladies sont en concurrence pour obtenir les mêmes ressources limitées, ce qui nous oblige à toujours innover. »

Afin de rester concentré et déterminé dans sa vie professionnelle, M. Baumann s’est servi des leçons tirées de l’une de ses plus grandes passions, à savoir la musique classique. En plus de lui vider la tête, la musique classique lui a apporté un autre ingrédient important. « Je ne joue pas d’instrument mais je me contente d’apprécier la musique. Je suis toujours fasciné lorsque j’observe de quelle manière les plus grands chefs d’orchestre arrivent à diriger leurs orchestres. Au fil du temps, le style a changé, personne ne peut plus réussir en imposant un mode de direction purement autocratique. J’attends d’être un catalyseur pour que la communauté joue ensemble une même partition en vue de concrétiser la vision commune du traitement pour tous. »

Baumann reconnaît l’évolution étonnante par laquelle la FMH est passée depuis le premier programme de l’Alliance mondiale pour le programme mis sur pied par Brian O’Mahony, programme qui n’a pu être mené à bien que grâce à la passion de ses présidents, de ses comités et de son personnel. M. Baumann attend également avec impatience d’être et de devenir complètement intégré au sein de la FMH et de renouer avec la communauté des troubles de coagulation. Son objectif est que la FMH et sa communauté soient toujours pertinentes pour tous les intervenants et partenaires, et ce, dans le but d’atteindre le traitement pour tous.

« Je m’en voudrais de ne pas remercier l’équipe basée à Montréal, et tout particulièrement Elizabeth Miles, de tous les efforts qu’ils ont déployés au cours de la période provisoire. C’est pour moi un grand honneur d’avoir été retenu par votre comité de nomination et j’attends avec impatience de quitter les montagnes suisses pour rejoindre ce qu’on m’a dit être la plus belle île de Montréal ».