WFH NETWORK

Trois avis sur les avantages du Sommet d’Afrique 2019 de la FMH

Le Sommet d’Afrique 2019 de la Fédération mondiale de l’hémophilie est actuellement en cours à Johannesburg, en Afrique du Sud.  Des acteurs incontournables de la communauté africaine se rassemblent à l’occasion de cet événement majeur, pour discuter de l’hémophilie et des autres troubles héréditaires de la coagulation : patients, médecins, représentants gouvernementaux et membres des organisations nationales membres (ONM). Le Sommet examine l’état actuel de la communauté des troubles de la coagulation en Afrique, avec pour objectifs l’échange de connaissances, le tissage de liens et le développement d’un plan d’action réaliste pour avancer.

La FMH a rencontré trois participants au Sommet d’Afrique 2019 pour en savoir plus sur leur expérience lors de ce congrès et sur l’impact qu’ils espèrent voir sur la communauté des troubles de la coagulation.

André Loua – Agent technique (Sécurité sanguine), bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Afrique

André Loua considère qu’une plus grande collaboration entre les institutions est nécessaire pour trouver le moyen de mieux intégrer les soins à toutes les maladies, y compris les troubles de la coagulation. Au Rwanda, l’OMS fait partie d’initiatives réunissant de nombreux partenaires autour des maladies non transmissibles, et M. Loua pense qu’une approche similaire à la FMH serait très bénéfique.

Pour lui, il est important que la FMH ait toutes les statistiques démographiques nécessaires sur les pays d’Afrique, pour bien saisir les enjeux de la région et répondre à ses besoins. Bien que l’OMS n’ait mis en place aucune initiative dédiée uniquement aux troubles de la coagulation, il pense que ce domaine rentrerait parfaitement dans le cadre des opérations de l’OMS en faveur des maladies non transmissibles. Il ajoute que l’OMS dispose d’une plateforme dont la FMH pourrait se servir pour soutenir toutes les actions qui seront envisagées au terme du Sommet d’Afrique 2019 de la FMH.

Dr. Saliou Diop – Membre du comité médical de la FMH et consultant régional en Afrique

Selon Saliou Diop, le Sommet d’Afrique 2019 est un événement fondamental parce qu’il réunit tous les acteurs et leur permet de partager leur expérience et les leçons qu’ils en ont tirées, ainsi que de discuter des actions à mettre en œuvre dans la région. Si tous les pays sont sur le même continent, leur niveau d’expérience et de mobilisation n’est cependant pas le même. Le Dr. Diop explique que depuis 2015, il a vu beaucoup de progrès dans le niveau de soins en Afrique, et que le premier Sommet d’Afrique a joué un grand rôle dans cette amélioration.

Il a hâte de découvrir les progrès les plus significatifs dans chaque pays ayant mis en place les déclarations du premier Sommet d’Afrique de la FMH. Il estime qu’il faut cerner ce qui a fonctionné ou non, pour adapter l’approche de chacun. Il pense également que dans certaines zones ayant connu des changements, des évolutions sont nécessaires, et qu’il faut tout faire pour améliorer la situation dans les pays qui ont fait moins de progrès.

Abdoulaye Loum – Président de l’Association sénégalaise de l’hémophilie

Abdoulaye Loum est président de l’Association sénégalaise de l’hémophilie. Lorsqu’on lui demande quelle question est la plus importante à ses yeux dans le contexte sénégalais, il répond immédiatement « le diagnostic ». Il explique en effet que le Sénégal n’a diagnostiqué que 250 patients, alors qu’il y en a sans doute près de 1 500. La FMH a assisté le processus de diagnostic au niveau national, mais le gouvernement doit davantage s’impliquer.

Loum estime que le Sommet d’Afrique de la FMH est essentiel en ce qu’il permet d’échanger des avis divers entre personnes d’horizons très différents, et de savoir quelles sont les initiatives mises en place dans d’autres pays. Il précise avoir déjà beaucoup appris sur les processus que peuvent suivre les organisations pour atteindre leurs objectifs.

Selon lui, le Sommet doit produire un plan d’action. Tous les acteurs doivent se mobiliser pour que toutes les nations atteignent les objectifs qui seront fixés. Il pense que tous les participants doivent être attentifs à ce que chacun fait et rendre compte ensuite de ces informations pour améliorer les soins. Il croit également beaucoup à la nécessité de travailler ensemble pour atteindre les objectifs communs de tous les pays du continent.

N’hésitez pas à consulter régulièrement Hemophilia World Online ces prochains jours pour en savoir plus sur le Sommet d’Afrique 2019 de la FMH. Pour plus d’informations sur le Sommet d’Afrique 2017, cliquez ici.