WFH NETWORK

Un CIFH russe forme des boursiers et forge l’avenir

Avec l’ouverture d’un centre international de formation en hémophilie (CIFH) en Russie en février 2010, il est désormais possible d’offrir une formation spécialisée en russe pour enrichir les capacités et les connaissances de professionnels spécialisés en soins hémophiliques de la Communauté des États indépendants.

Le CIFH russe réunit trois centres de traitement de l’hémophilie : le Centre national de recherche en hématologie de Moscou, le Centre d’hématologie pour enfants Izmailovo de Moscou, et le Centre de l’hémophilie de Saint-Pétersbourg. Cette structure permet à la Fédération mondiale de l’hémophilie (FMH) de tirer parti des spécialités et de l’expertise de chacun de ces centres.

Cinq boursiers ont été formés depuis que le centre a ouvert, dont la Dre Azoda Achilova, une jeune scientifique de laboratoire qui travaille au Centre de l’hémophilie Tachkent dans la capitale de l’Ouzbékistan, où elle est responsable d’effectuer des tests de dépistage pour diagnostiquer divers troubles hémostatiques. Elle a entrepris son stage au Centre de l’hémophilie de Saint-Pétersbourg sous la supervision de la Dre Tatiana Andreïeva, qui en est la chef, et de la Dre Nina Klimova, chef du laboratoire d’hémostase. La Dre Achilova a bénéficié d’une formation de quatre semaines sur l’organisation d’un laboratoire d’hémostase et les méthodes servant à déterminer les niveaux de facteur et d’inhibiteurs à l’aide d’un analyseur automatique. Elle a aussi appris comment diagnostiquer la maladie de Willebrand en analysant l’activité cofacteur de la riscocétine (VWF: RCo). Depuis son retour, la Dre Achilova a déjà utilisé ses nouvelles compétences pour améliorer le diagnostic des personnes souffrant de troubles de coagulation en Ouzbékistan, notamment en passant d’un diagnostic manuel à l’usage d’un analyseur semi-automatique. « Mon séjour à Saint-Pétersbourg a été agréable et enrichissant. Il m’a permis de me familiariser avec un laboratoire moderne et des analyseurs récents », dit-elle. Depuis sa formation, 13 patients hémophiles ont été diagnostiqués en Ouzbékistan. Elle prévoit partager ses nouvelles compétences et connaissances avec des professionnels d’autres laboratoires en offrant des ateliers de formation dans les 12 laboratoires régionaux du pays.

Chirurgien orthopédiste expérimenté et hautement qualifié en Azerbaïdjan, son pays natal, le Dr Natig Aliyev savait qu’il lui manquait des connaissances précises sur le traitement des patients atteints d’hémophilie et il hésitait donc à opérer ces patients. Cependant, à la suite de son stage au Centre national de recherche en hématologie de Moscou, dirigé par le Dr Vladimir Zorenko, le Dr Aliyev se sent beaucoup plus compétent et à l’aise. « Cette formation a été absolument utile pour moi. J’ai appris les particularités du remplacement des articulations et de l’arthroscopie et acquis des connaissances théoriques et pratiques sur le traitement conservateur des arthropathies hémophiliques. Quand je rentrerai en Azerbaïdjan, je vais commencer à soigner plus activement les arthropathies. »

Comme l’illustre le cas de la Dre Achilova et du Dr Aliyev, l’ouverture du CIFH russe a permis à des spécialistes en soins hémophiliques non anglophones de la Communauté des États indépendants de suivre une formation spécialisée à laquelle ils n’avaient pas accès auparavant.